Tout se passe dans le secret de nos cœurs

Tout se passe dans le secret de nos cœurs
Par Monique Lapointe

Blaise Pascal n’a jamais aussi bien dit : «le cœur a ses raison que la raison ne connait point». Dernièrement, paraissait dans le journal de ma région natale, une publicité annonçant ma formation CONNEXION DIVINE : connais-toi et guéris-toi toi-même. Ma mère, qui croit plus ou moins à mon travail, me faisait la réflexion suivante : «Je suis certaine que ceux qui te connaissent vont dire que, si elle travaille dans le domaine de la guérison et qu’elle l’enseigne en plus, pourquoi n’a-t-elle pas réussi à guérir sa sœur malade depuis 8 ans ? » Ma sœur est d’ailleurs décédée dernièrement et au salon funéraire, un ami d’enfance me servait la même réflexion. Que penser de tout cela ?

D’abord, ma mère avait raison même si elle me passait subrepticement un message…et aussi mon ami.

Ma première réflexion, intérieure, aurait pu semer le doute en moi mais ce ne fut pas le cas. Si tous les gens qui travaillent dans le domaine de la guérison avaient une baguette magique au bout des doigts, il est certain qu’il faudrait dérouler les trottoirs pour accueillir tous les  » ayant-droit » à la guérison.

Pourquoi certains guérissent rapidement et d’autres non ? À mes débuts, je reçois un monsieur qui a un mal de dos depuis dix-huit ans et un problème sciatique depuis deux ans. Le client sort en colère de mon bureau car il n’a rien ressenti au cours de la séance de restructuration du corps énergétique (RCE/CD) et en plus, il dit m’avoir regardée tout au long du travail et que vraiment, je ne fais pas grand chose… C’est un jeudi soir. Le lundi suivant, je reçois un appel de ce même monsieur qui me demande de quelle planète je viens : vendredi matin, soit environ huit heures après notre rencontre, il s’est levé et ses douleurs avaient complètement disparues. C’était la première fois depuis des années qu’il pouvait s’habiller debout. Six mois plus tard, il m’invitait à aller danser ! Sept ans ont passé et le mal n’est jamais revenu.

Un autre homme qui a un mal de dos depuis une semaine vient me consulter et suite à une seule séance voit son mal se résorber au cours des jours et même des semaines suivantes Pourquoi ?

Il doit bien y avoir une raison en dehors de toute volonté humaine.
Il doit bien y avoir quelqu’un à quelque part qui prend la décision. Il doit bien y avoir quelqu’un qui a tout pouvoir sur la vie et la mort ! C’est la raison pour laquelle je présente la guérison comme une entente entre nos deux âmes. Devant moi se présente un individu avec un problème de santé qu’il n’a pas besoin de me décrire avant la séance. Pourquoi ? Je ne travaille pas sur une maladie mais sur la personne dans son entièreté. Faisons une comparaison avec les ordinateurs pour mieux saisir comment l’énergie de guérison travaille. Nous sommes deux ordis en réseau et tout se passe au niveau de nos cœurs ou de nos âmes ou de nos divinités. Il partage son dossier au niveau de mon cœur ou de mon âme, avec toute son histoire, « en prenant en considération tout le passé et le contexte actuel de l’individu »*. Le logiciel de mon cœur prend connaissance du sien et nous nous entendons pour savoir ce qui est, pour le moment, à corriger, nettoyer et libérer pour un mieux-être, toujours dans le secret de nos cœurs. Car moi, Monique Lapointe, en tant que thérapeute, je ne sais rien de lui. Toute cette information est transmise au centre de correction qui se situe au niveau de mes mains. Sous l’influence de cette douce énergie qui prend le contrôle de la situation et qui connaît la route à suivre, tel un GPS, il ne me reste qu’à l’écouter avec tout mon cœur pour répondre à la demande de son âme. Que se passe-t-il par la suite ? La guérison m’appartient-t-elle ? Je serais bien mal vu de décider qui va guérir ou non parmi mes clients. Et si son heure était arrivée ? Et si son âme réalisait que ce ne sera qu’à travers ce problème de santé qu’elle évoluera ? Et si son âme décidait qu’elle en avait assez de cette vie et qu’elle ne veut pas guérir ? Et si sa « machine » humaine était prête à rendre l’âme comme une vieille voiture toute rouillée qui l’a si bien servie pendant tant d’années mais que l’on doit mettre au rancart non parce qu’on l’aime plus, mais bien parce que son temps est terminé ? Mission accomplie ! Qui suis-je pour interférer dans le plan de son âme ? « Guérison veut dire accepter un processus dans lequel le divin en soi prend place »* et non moi, en tant que thérapeute.

Donc, peu importe le pouvoir du « guérisseur », on ne guérit personne car la guérison vient du choix de l’âme et de rien d’autre. Le « guérisseur » encourage la personne souffrante à passer plus sereinement à travers cette épreuve comme la maman qui aide son enfant en difficulté à faire ses devoirs. Elle le soutient mais ne pourra passer les examens à sa place. Le jour où l’on comprendra que tout vient de nous et que nous sommes les seuls décideurs de notre vie, de ce que nous voulons vivre en tant qu’âme, alors commencera une ère nouvelle où l’on s’appropriera notre propre pouvoir de guérison.

En effet, guérir ne veut pas seulement dire se libérer d’un mal de dos, d’un cancer, d’un rhume, etc. ; cela se veut aussi une transformation au niveau de qui je suis. «Une élévation de conscience ne s’acquiert pas en restant assis sur ses positions, ses peurs, ses ressentiments. Pour avancer, on doit changer ses comportements, certaines croyances et ainsi accéder à une plus grande ouverture d’esprit et de cœur. »* Il faut alors apprendre à vivre le moment présent et voir ce que je peux faire maintenant pour mieux vivre ma vie, mieux aimer ma vie, mieux m’aimer ici et maintenant. Ce serait déjà un bon départ. S’il est vrai que la vie est une grande école, on se doit de bien faire ses devoirs et bien apprendre ses leçons pour gravir les échelons du bonheur en soi.

Ce questionnement de ma mère et de mon ami m’ont permis de me sentir encore plus humble face à mon travail et d’accepter que, peu importe tout le cœur et l’amour dont j’imprègne mon travail, je n’ai aucun pouvoir sur la guérison de l’Autre. Tout part de soi et nous sommes le seul maître à bord. Je dois alors m’incliner devant le divin intérieur de mes clients et laisser mon ego se désagréger dans le feu sacré de mon cœur.

Tout se passe dans le secret de nos cœurs et «le cœur a ses raison que la raison ne connait point. » Rien de plus !

Réf : Extrait tiré d’un de mes textes : Le bonheur de travailler énergétiquement sur soi, disponible sur Alchymed.

Monique Lapointe
Créatrice et formatrice de la CONNEXION DIVINE
www.moniquelapointe.com

© Tous droits réservés sur tous mes articles. Vous pouvez les reproduire (en tout ou partie) à condition de ne rien y changer et de laisser ce dernier paragraphe avec le lien vers www.moniquelapointe.com